Nous avons décidé d’écrire un article où nous décrivons un peu ce qu’est un marabout, un vrai et pas un imposteur.

quest quun marabout, définition marabout

Qu’est ce qu’un marabout: Selon l’islam, un marabout est un homme ascétique (rarement une femme), se réclamant le plus souvent de l’islam ou du syncrétisme musulman. Considérés comme un saint homme et un sage, ils font l’objet d’un culte populaire en Afrique du Nord et sous d’autres formes dans toute l’Afrique.

En Afrique notamment, les marabouts sont des personnes auxquelles on prête des pouvoirs multiples, une sorte de chaman. Ils rétablissent la santé ou l’ordre social à l’aide de talismans. Ces pratiques magiques sont critiquées par les musulmans orthodoxes, mais n’ont jamais cessé d’exister à ce jour. Les marabouts sont également considérés comme des sages de leur vivant, ayant étudié divers aspects de l’islam pendant leur retraite. Ils faisaient souvent office de conseil pour les villageois. Leur vie à l’écart du reste de la population est censée leur donner la distance nécessaire ainsi que le détachement qui leur permet d’obtenir une grande autorité morale.

Il est en réalité un maître spirituel qui mène une vie de dévotion, recluse et ascétique. Souvent, la population locale arabo-berbère, d’origine paysanne ou montagnarde, lui attribue toutes sortes de « miracles » qui ont donné lieu à de nombreuses croyances populaires. Le saint est généralement enterré dans un sanctuaire appelé Qûbè en raison de sa coupole. Le vert et le blanc, symbole de paix et de bénédiction dans l’Islam, sont les couleurs qui lui sont toujours associées. Le saint n’a aucun pouvoir politique en général, mais les soufis lui rendent visite (ziyarra) pour le consulter ou discuter de questions spirituelles.

En Afrique subsaharienne, l’usage du terme s’est étendu aux prêtres, chasseurs traditionnels ou sorciers des rites animistes traditionnels, tels que le vaudou ou le yoruba, œuvrant pour guérir leurs patients d’un mal ou les aider dans toute autre action sociale. Bien qu’abusé parce qu’il renvoie à des pratiques qui n’ont pas grand-chose à voir avec l’islam, cet usage est néanmoins devenu courant.